AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Sofia Tizzani au manège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 17
Emploi : Vétérinaire
MessageSujet: Sofia Tizzani au manège Mar 25 Avr - 14:05

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 17
Emploi : Vétérinaire
MessageSujet: Re: Sofia Tizzani au manège Mar 25 Avr - 16:40



Et ça sonne comme le début des choses sérieuses


Nous arrivions avec Shiny au manège après avoir esquivé les premières gouttes de pluie de l'après midi. Naples offrait certes beaucoup de soleil mais les jours de pluie restaient frais et parfois même, le vent marin arrivait à nous par bourrasques véritables qui nous refroidissaient soudainement.

Fort heureusement pour nous deux, nous avions réussi à gagner le manège avant que la pluie ne s'abbatte sur nos têtes. L'installation était spacieuse et magnifiquement . entretenue. Je menais la jument au centre de la piste ratissée à la perfection et l'y arrêtais. Je passais les rênes par dessus sa tête et les posais près de son garrot. Je vérifiais les bandes de polo rapidement puis ressenglais avant de descendre les étriers. Ils semblaient d'ailleurs bien longs pour la petite cavalière d'un mètre soixante-trois seulement que j'étais.

Je mettais le pied gauche à l'étrier, ma main gauche sur le pommeau, tenant les rênes pour ne pas qu'elles m'échappent et ma main droite sur le troussequin de la selle. Je sautillais doucement puis d'un geste ample et souple me hissais sur la jument. Une fois mes fesses dans la selle, je soufflais. Il est vrai que Shiny n'était pas non plus le plus petit modèle que j'aurai pu trouver...  Je la mettais au pas, la laissant rênes longues pour qu'elle commence à échauffer doucement ses muscles. Distraite, je pensais alors au fait de l'avoir seulement en demi pension. Il était certain que je ne me voyais pas devenir propriétaire immédiatement mais j'espérais que je pourrai garder la jument aussi longtemps que je le souhaitais, m'entendant bien avec elle, je nous imaginais parcourir un bon bout de chemin que j'espérais comblé de quelques belles performances.

La jument, l'encolure basse, marchait tranquillement, ne laissant pas trainer un seul pied pour autant. Calme elle étirait doucement son dos, faisant une sorte de petit "yoga" équin presque. Je souris à cette idée stupide, imaginant la grande grise faire le lotus puis repris mes rênes et mes esprits.
Je prenais une légère tension de rênes et mettais mes jambes plus au contact. Les étriers étaient chaussés assez longs mais cela me convenait finalement bien pour une séance sur le plat. La jument relevait un peu la tête, hésitante à se poser sur le mors, visiblement moyennement enchantée à l'idée d'avoir le drôle d'ustensile dans la bouche. Je laissais alors des rênes un peu plus longues, lui permettant de s'ajuster au gré de ses envies et pressais les jambes pour lui demander le trot qu'elle prit avec entrain. Ses allures me plaisaient déjà, souples et agréables, elle était la jument d'expérience par excellence. Elle venait se poser au fil de cercles tantôt à main gauche et tantôt à main droite sur le mors par intermittence. Cette irrégularité du contact ne me permettait malheureusement aucune extravagance dans le tracé mais mon contrôle sur la direction suffisait amplement à une séance d'assouplissements et de remise au travail.

Je plaçais ensuite mes aides après avoir rassemblé le trot pour demander un petit galop. Je dus insister un peu mais la jument grise se mit finalement à galoper avec une grande souplesse. Je la laissais étendre son encolure, et, les jambes biens fixées à la sangle et mon bassin accompagnant son mouvement dans la selle, j'ouvrais encore les doigts pour qu'elle allonge l'allure. Je sentis alors les postérieurs venir s'engager sous son ventre et, toujours avec la même aisance et légèreté, Shiny allongea son galop, faisant d'immenses foulées, à la fois puissantes et sous contrôle. Je reprenais ensuite doucement la main pour la faire retourner dans un petit galop puis me rasseyais dans ma selle et la faisais repasser au trot puis au pas.

Cette détente dépassait grandement mes attentes et je me rendais enfin compte que j'avais sous la selle un véritable petit génie. J'avais conscience d'avoir choisit une jument facile capable de faire évoluer un débutant mais je n'avais pas pensé à ce qu'un cavalier plus confirmé pourrait faire avec elle. Certainement que mon expérience et sa volonté allaient nous permettre d'évoluer rapidement, du moins j'espérais secrètement que cela nous permettrait d'aller un peu plus loin que prévu.
Je la laissais souffler quelques minutes au pas, rênes longues puis lui demandais le trot. Je reprenais légèrement mes rênes en main, la laissant venir se poser sur le mors quand elle le souhaitait. Je lui demandais alors des cercles, des huit de chiffre et quelques serpentines, la faisant doucement céder à la main. Bientôt elle se mit à déglutir son mors, décontractée et tendant sa ligne du dessus, de la première vertèbre cervicale à la dernière vertèbre sacrée.
Je demandais alors le galop, m'asseyant bien droite dans ma selle pour que ses foulées soient rassemblées et bien sur les hanches. Je lui faisais alors faire de petites voltes, régulières, l'obligeant à s'équilibrer et se mettre sur la main. L'allure perdant légèrement de sa qualité dans des cercles de cette taille, je prenais soin de lui demander d'allonger le galop, toujours avec des hanches basses. La jument se propulsait merveilleusement bien, volontaire et appliquée, allant vers le haut et s'amusant à frapper le sol pour presque faire trembler le manège.

Très fière de notre première séance de travail, je la laissais au petit galop encore un peu, rênes longues, sur de grands cercles pour la laisser s'étirer puis la repassais au trot afin qu'elle puisse faire la même chose. Même en fin de séance, Shiny se montrait encore comme une élève fraîche, studieuse et disponible, me comblant de bonheur.
Je la repassais ensuite au pas et la guidais au centre de la piste. Je l'arrêtais alors, déchaussais les étriers et mettais pieds à terre. Je flattais son épaule puis remontais les étriers avant le passer les rênes par dessus sa tête et de rentrer avec la belle prodige jusqu'à son box.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 18
Emploi : Cavalier professionnel
MessageSujet: Re: Sofia Tizzani au manège Mer 26 Avr - 20:12

Sofia monte de façon très douce, à voir si cela convient à Shiny au fil du temps ! En tout cas très bonne séance de décontraction pour elle, comme pour toi je pense ?

→ +10 dressage
→ +5 obéissance
→ +5 maniabilité

→ +5 usure des fers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://napoli.forumactif.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sofia Tizzani au manège

Revenir en haut Aller en bas

Sofia Tizzani au manège

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Napoli Sognate :: Dans l'académie :: Les infrastructures :: Le manège-