AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 18
Emploi : Cavalier professionnel
MessageSujet: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Jeu 13 Avr - 23:19

Shiny
Jument • 12 ans • Anglo Arabe • Gris • DP (Tizzani) • Débutant

Shiny est une jument adorable, douce et câline mais ... très taquine ! Elle sait défaire ses noeuds, elle sait ouvrir son box, bref, elle est maligne alors si elle use de stratagèmes, vous le devrez aussi pour la contré ! Il faudra être aussi rusé qu'elle pour qu'elle ne fasse pas trop de bêtises. Monté, c'est une crème, le genre de cheval professeur qui sait tout faire et qui pardonne tout. Malgré tout, elle reste assez dur en bouche alors il faudra trouver une façon de monter qui lui convient et à vous aussi, elle pourra vous amener loin de par sa polyvalence et son sang-froid.

Performances
Confiance : 68%
Obéissance : 69%
Maniabilité : 67%

Moral : 37%

Extérieur : 05
Vitesse : 00
Endurance : 10
Disciplines
Débourrage : Oui (100%)

Dressage : 31
Saut : 37
Cross : 20
Travail en main : 33
Éthologie : 00
Jeux : 00
Course : 00
Western : 00
Reproduction
Fertile

Père : [url=lien]Nom Affixe[/url]
Mère : [url=lien]Nom Affixe[/url]

Descendants : [url=lien]Nom Affixe[/url]
Palmarès

[url=lien]Epreuve[/url] • Place
[url=lien]Epreuve[/url] • Place
[url=lien]Epreuve[/url] • Place
Carnet de santé
Vétérinaire : Visite à effectuer tous les 2 mois. (00.00.00)
Maréchal-Ferrant : Visite à effectuer dès que l'usure des fers est supérieure à 70%. (Usure des fers : 15%)

+ de photos :
 


Dernière édition par Ariel J. Crawford le Mer 17 Mai - 19:24, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://napoli.forumactif.com

Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 17
Emploi : Vétérinaire
MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Sam 22 Avr - 21:28



Le début de l'histoire entre la Grise et la Rousse


Enfin ! Alors voilà, c'était le grand jour, j'allais enfin commencer à m'occuper de Shiny, une superbe jument Anglo Arabe de 12 ans. Sa robe de perle m'avait faite tomber amoureuse et son portrait m'avait enchantée. C'est donc à grands pas pressés que je me dirigeais vers l'écurie Galilée, impatiente de rencontrer ma douce et taquine nouvelle amie.

L'air ce cette belle après midi d'avril était chaud et les rayons d'un soleil malicieux me faisaient plisser les yeux et regretter l'oubli de mes lunettes de soleil. Fort heureusement, j'arrivais rapidement dans l'écurie, plus fraîche et agréable. Je cherchais du regard le box de ma demi pension sans grand succès. L'écurie était grande et mes yeux distraits par toutes les têtes qui allaient et venaient par dessus les portillons afin de découvrir l'étrange bipède déboussolée. Etourdie, je finis par reconnaitre un joli nez gris. La forme de sa tête ne me laissait aucun doute, elle était là, dans ce box à quelques mètres de moi.
Je m'approchais, toute contente de la découvrir enfin, mon sac à dos pendant lâchement sur mon épaule et un sourire niais s'étirant entre mes tâches de rousseur.

"Salut toi..."



Qu'aurais-je bien pu dire de plus face à une telle jument ? Elle avait des yeux brillants, emplis de malice et d'intelligence et une robe de perle, avec de belles pommelures d'une légèreté incroyable. Tout semblait doux chez elle, son poil, ses crins et même sa personnalité. Je ne tenais plus en place, impossible pour moi de ne pas entrer dans ce box. Je jetais presque mon sac à terre et me hâtais d'ouvrir le portillon. Shiny recula d'un pas doucement pour me laisser un peu d'espace et je pu la regarder plus attentivement. Ses jambes étaient fines et pourtant solides, elle avait de bons aplombs et son dos semblait fort. Elle semblait être la parfaite jument de sport pour moi.
Je caressais timidement son encolure musclée, elle ne bougeait pas, se demandant certainement pourquoi une jeune bipède se comportait ainsi bêtement et lui chatouillait la nuque de ses doigts hésitants. Je me décidais enfin à bouger et faisais le tour de la jument, laissant courir une main le long de son corps parfaitement équilibré. Pendant ce temps, la maligne semblait s'intéresser à la porte de son box qu'il tentait d'ouvrir et de pousser du bout du nez. Je lui gratouillais la joue affectueusement et sortais du box pour fouiller dans mon sac à dos. J'en sortais une longe et une brosse douce. J'attachais la longe après avoir ouvert la porte en grand de part et d'autre et Shiny vint s'appuyer doucement dessus avant de la faire bouger du bout de ses lèvres maladroites. Le jeu semblait lui plaire et l'occuper.
Je m'approchais alors d'elle pour passer ma brosse sur son poil pourtant déjà brillant. Je la passais sur son encolure, puis son épaule gauche, descendant ensuite sur l'antérieur. Je remontais jusqu'à son ventre, puis son dos et enfin sa croupe et son postérieur gauche. J'enlevais la poussière et les quelques poils ramassés avec la brosse avant de la passer sur l'autre côté. Je tapotais ses fesses pour la prévenir que je passais derrière elle puis recommençais à la panser doucement. Je passais la brosse douce sur sa croupe, sa cuisse et son postérieur droit puis remontais sur la ligne du dessus pour brosser son dos et descendais vers son ventre rond puis son épaule droite, l'antérieur et enfin l'encolure dont je soulevais la crinière. J'enlevais à nouveau les quelques poils et le peu de poussière s'étant glissés dans les poils de la brosse avant de la passer doucement sous son toupet, descendant son chanfrein jusqu'à ses naseaux et posais un baiser timide sur sa joue. L'œil endormit, la belle était calme et détendue.
Je passais alors sous la longe tendue et rangeais la brosse dans mon sac à dos. J'y récupérais un cure pieds et entrais à nouveau dans le box. Je vérifiais d'abord les antérieurs et les curais avec précaution. Je fis ensuite les postérieurs sur lesquels elle s'amusa à s'appuyer, me faisant un petit peu vaciller à chaque fois. Une fois ses quatre pieds propres, je soufflais en passant mon bras sur mon front pour essuyer les quelques gouttes de sueur qui y perlaient. Shiny tourna la tête, les yeux malicieux et presque un sourire aux lèvres. J'aurai parié qu'elle se moquait de moi cette grise.
Je raclais un peu le cure pieds sous ma chaussure pour enlever les petits bouts de paille qui y étaient collés puis sortais du box et le rangeais dans mon sac à dos. Shiny semblait s'impatienter et réfléchissait visiblement à une manière de passer au dessus ou en dessous de la longe tendue. Cela me fit rire et le l'observais, souriante, curieuse de savoir si elle arriverait à ses fins.
Au bout de quelques minutes, je récupérais mon licol dans mon sac à dos, c'était un joli licol beige avec têtière cuir, cela faisait déjà des années que je l'avais mais j'aurai l'impression de le trahir si j'en achetais un autre. Enfin, la question ne se posais pas, celui là était encore en parfait état grâce à la soigneuse personne que j'ai toujours été. Je passais le fameux licol à la jument qui s'amusa à secouer la tête pour faire tinter l'anneau pour l'instant sans attache. Je récupérais ensuite ma longe et l'attachais au licol. Shiny s'amusa à secouer la tête à nouveau mais sembla déçue que son nouveau jouet ne fasse plus de bruit.

" Aller ma grande, on va voir dehors si il n'y a pas un petit coin d'herbe à l'ombre pour brouter ! "

Nous sortions alors tranquillement de l'écurie à la recherche d'un petit coin d'herbe ombragé. Pour notre plus grand bonheur, il ne nous fallut parcourir qu'une vingtaine de mètres à peine pour trouver notre bonheur. Shiny se rua sur le carré d'herbe grasse et moi sous le petit arbre à fleur. Je m'asseyais en tailleur et fouillais distraitement dans l'herbe du bout de mes doigts tout en observant les alentours. Le domaine était grand et je me laissais aller à la rêverie. J'imaginais Shiny et moi travailler dans la grande carrière puis aller se promener dans les sous-bois... Mon esprit divaguait un peu en ce lieu paisible, retrouver mon pays natal me faisait du bien et vivre un pareil rêve en faisait naître des milliers d'autres au fond de moi.
La jolie jument grise broutait tranquillement, ne se souciant pas le moindre du monde de ce qui l'entourait.
Bientôt, les mouches devinrent nombreuses et agaçantes, je décidais de rentrer Shiny pour aujourd'hui, cette petite visite étant bien suffisante pour une première approche.
Je me relevais donc et emmenait la belle dans l'écurie pour qu'elle retrouve son box. Elle semblait assez contente de cette petite sortie et alla boire tranquillement. J'en profitais pour lui déposer deux petites pommes dans sa mangeoire et lui enlevais le licol et la longe. Je refermais le box en partant et ramassais mon sac à dos, espérant qu'elle apprécie les pommes et qu'elle ai passé un bon moment en ma compagnie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 18
Emploi : Cavalier professionnel
MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Dim 23 Avr - 19:11

Super résumé pour une première approche, tu cernes bien le caractère de Shiny et elle aussi commence à te découvrir, le résumé comme je te l'aies déjà dit est doux, on dirait qu'il y a un cocon qui vous protège toi et la jument ! Tout en douceur vous apprenez à vous connaître, continue ! J'ai hâte de vous voir à l'entraînement en tout cas.

+5 de confiance
+ 6 en moral
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://napoli.forumactif.com

Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 17
Emploi : Vétérinaire
MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Lun 24 Avr - 13:15



Début des tests de compatibillité


Aujourd'hui encore le soleil brillait de mille feux. L'air était chaud et aucune brise n'apportait ne serait-ce que l'espoir d'un peu de fraîcheur. Cette fin de mois d'avril annonçait un été radieux, de longues ballades en forêt au couché du soleil et peut-être même de grandes galopades sur la plage pour ressentir liberté et bonheur...

Contrairement à la veille, je n'avais pas oublié mes lunettes de soleil et je me dirigeais, mon sac à dos bien calé sur mes deux épaules, vers l'écurie Galilée où se trouvait ma nouvelle demi pension, la superbe Shiny. J'avais prévu pour ce jour une séance de travail à pieds et en longe afin d'être à l'abri des agressifs rayons du soleil. J'espérais que la jument soit d'humeur travailleuse et que cette séance se passerait comme je la prévoyais. J'arrivais alors dans l'écurie, cherchant rapidement du regard l'emplacement du box de la jument, ma mémoire m'abandonnant un peu à cause de la chaleur. Je le retrouvais rapidement et me dirigeais vers elle. Paisible, la douce grignotait un peu de foin, s'amusant à mettre sa tête dans le tas et à faire tenir une petite pyramide de nourriture entre ses deux oreilles puis à s'ébrouer pour tout faire tomber comme de la neige fraîche. Je soufflais en souriant, quel phénomène elle était... Je posais mon sac au sol et en extirpais ma longe. J'installais cette dernière en travers de la porte afin de circuler plus facilement sans que la jument ne puisse se sauver et allais la saluer dans son box.

" Coucou ma grande, aujourd'hui on va bouger un peu, ça te vas ? "


Elle s'ébroua puis me regarda à nouveau comme pour me demander de répéter, les oreilles pointées vers moi. Je prenais alors cela pour de l'entrain, une manifestation de joie à l'idée de me montrer à quel point elle bougeait bien. Et j'en étais certaine, je m'imaginais déjà dérouler de superbes reprises de dressage ou sauter des troncs en pleine forêt. Mais peut-être ces quelques images était-elles des suppositions trop hâtives...
Je gratouillais gentiment son menton puis sortais du boxe pour récupérer la brosse douce dans mon sac, encore aujourd'hui elle était propre mais peut-être qu'après l'avoir mise au pré pour la nuit tout à l'heure, j'aurai l'obligation de la doucher demain...
Je passais la brosse douce sur sa tête doucement puis sur son encolure en relevant sa crinière, son épaule droite et son antérieur. Je poursuivais ensuite par son ventre et son dos puis sa croupe et son postérieurs. J'ôtais ensuite les poils et la poussière accrochés à la brosse puis passais de l'autre côté de la jument. Successivement, je brossais à nouveau son encolure, son épaule gauche, son antérieur, son ventre, son dos, sa croupe puis son postérieur gauche. Je l'inspectais avec soin pour vérifier qu'elle n'avait pas de plaies ou autres puis rangeais ma brosse douce. Je prenais en échange un bouchon que je passais rapidement dans ses crins pour les démêler un peu bien qu'on ne pu que difficilement remarquer un petit nœud ou deux.
Je troquais ensuite mon bouchon pour un cure pieds et m'approchais de Shiny qui voulut le renifler. Je la laissais faire, attendant qu'elle ai finit. Mais au lieu de ça, elle l'attrapa, secoua la tête et l'envoya valser dans le tas de foin.

" Oh non ! Tu abuses ma fille ! "


Je m'approchais du tas de foin pour le récupérer, hilare, incapable de m'arrêter de rire. Jamais ne n'aurait pensé me faire subtiliser mon cure pieds de la sorte et surtout me sentir aussi déconcertée. Je le récupérais donc et nettoyais les sabots sales de ce curieux animal gris qu'était Shiny. Une fois la tâche accomplie, je rangeais mon cure pieds et sortais de mon sac quatre bandes de polo de couleur beige. Je les posais sur les membres de la jument intriguée qui ne manqua pas de défaire celle de son antérieur droit. Je soufflais et secouais la tête, exaspérée par tant d'insistance. Elle était d'humeur taquine et j'allais certainement bien rigoler dans le rond de longe... Patiente, j'enroulais à nouveau la bande sur son antérieur et ressortais du box. Elle me suivit, essayant de passer en dessous de la longe tendue, regardant à droite et à gauche pour vérifier qu'elle n'était pas observée. Je récupérais mon licol dans mon sac et ma longe de travail couleur chocolat puis je la repoussais gentiment dans son box.

"Oui ma belle on va aller s'amuser un peu, encore trente secondes ma jolie"


Je lui passais le licol et y attachais la longe que je tentais de démêler tant bien que mal. J'ôtais la longe tendue devant le box et la fourrais rapidement dans mon sac avant de partir vers le rond de longe, accompagnée de Shiny qui regardait partout autour d'elle, curieuse de ce qu'on allait bien pouvoir faire.



De retour aux écuries, j'étais satisfaite de notre petite séance à pieds. J'en savais désormais un peu plus sur le potentiel de la jument et sur le chemin du retour je m'étais surprise à rêver de compétition. J'avais hâte de faire notre premier entraînement que j'espérais de dressage et je nous imaginais déjà danser ensemble...

Je me détachais enfin de mes pensées pour en revenir à la jument que je rentrais dans son box. Je refermais le portillon derrière moi et vérifiais son état général. Elle avait l'air en forme et la séance ne l'avait même pas faite transpirer. Je vérifiais également ses pieds sous lesquels je ne vît rien de coincé. Je rangeais alors la longe de travail et récupérais ma bonne vieille longe traditionnelle. que j'attachais au licol de la belle anglo arabe.

La chaleur nouvelle de ces derniers jours m'avait fait penser à laisser la jument au pré pour la nuit, la laissant ainsi profiter des nuits douces et du plaisir de se rouler dans l'herbe. Je la conduisais alors hors du box afin de l'emmener au pré.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 18
Emploi : Cavalier professionnel
MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Lun 24 Avr - 18:16

Un super résumé où tu commences à bien cerner la juju ! Vous avez l'air de bien vous entendre en tout cas ! Hâte de savoir dans quel état va être Shiny de retour du pré, mais le temps est assez sec, elle sera peut-être juste un peu verte ? Pour elle se sera donc :

→ +4 moral
→ +4 confiance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://napoli.forumactif.com

Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 17
Emploi : Vétérinaire
MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Mar 25 Avr - 16:33



Et ça sonne comme le début des choses sérieuses


Le ciel couvert nous surplombait, menaçant de s'abattre sur Shiny et moi. Nous nous hâtions alors, marchant d'un pas pressé vers les écuries pour rejoindre la chaleur et le confort du box de la jolie jument grise et verte.

Arrivées dans le box, je détachais la longe du licol et la tendais devant le box. La belle se hâta de plonger sa tête dans le tas de foin, visiblement d'humeur gloutonne. Je lui ôtais le licol et sortais du box. Après avoir enfin déposé mon sac sur le sol, je rangeais le licol à l'intérieur Et prenais la direction de la sellerie pour prendre les affaires de Shiny. Je cherchais parmi les bâtiments près de la cour lequel abritait la sellerie des chevaux. Je finis par le trouver, après avoir examiné tous les autres attentivement. J'y trouvais alors une selle anglaise équipée d'étriers simples et d'une sangle, visiblement mixte, elle ne semblait pas être très grande, ce qui me convenait parfaitement. Elle était accompagnée d'un tapis noir tout simple mais propre. Je me demandais alors quel genre de personne pouvait bien espérer avoir un tapis noir impeccable sur une jument grise... Après tout, c'était, il est vrai, une question d'entretien. Je trouvais également son bridon, avec une simple muserolle française, noir comme la selle, avec une embouchure relativement classique, un mors à olive double brisure aux canons épais. J'étais plutôt satisfaite du type d'équipement, simple et sans action particulière, cela présageait une jument tranquille dans le travail, une perspective qui me ravissait d'avance.

J'embarquais alors tout son matériel, la selle et le tapis dans les bras et le bridon sur l'épaule. Je pressais le pas en tentant de ne pas me casser la figure sous un ciel de pluie qui ne tarderait certainement pas à tomber, forte et sans pitié.
De retour au box de Shiny, j'étais bien contente d'enfin pouvoir poser tout le matériel. La selle devenant quelques peu pesante après une certaine distance de marche. Peut-être pourrais-je investir dans ces fameux chariots roulants qu'il suffit de pousser... C'était une idée à faire murir mais pour le moment, je me contenterai de me muscler les biceps.
Je me saisissais d'un bouchon dans mon sac et rentrais dans le box. J'avouais honnêtement me sentir soulagée d'y retrouver la jument qui, par chance n'avait pas profité de mon absence pour passer sous la longe tendue. Je m'approchais d'elle et passais de son côté gauche. Elle était verte, marquée par l'herbe grasse du printemps. Je soufflais, tout à fait au courant du travail que cela allait représenter bien qu'heureusement ce ne fut pas de la boue.

Je passais alors la brosse avec énergie sur son encolure, son épaule, son ventre et sa cuisse, le vert partant au fur et à mesure. J'insistais, repassant sur chaque zone autant de fois que nécessaire. Puis je brossais ses membres quelque peu poussiéreux et terreux, en profitant pour les inspecter méticuleusement et vérifier qu'elle ne s'était ni blessée, ni choquée durant la nuit. Je passais ensuite à l'autre côté, lui ayant l'avantage d'être resté gris pommelé mais paraissant tout de même bien poussiéreux. Je brossais avec énergie les parties charnues de son corps, à savoir ses épaules, son ventre, sa cuisse et sa croupe desquelles se dégagèrent un épais nuage de poussière. Ce dernier me fit éternuer, alertant la jument qui releva la tête du foin, le toupet ébouriffé et les oreilles pointées vers l'avant.


" T'inquiètes pas ma grande, ce n'est que moi qui décède à cause de ma mauvaise idée d'hier. "

Et comme si elle avait comprit, ou plutôt qu'elle s'en fichait, elle alla boire tranquillement à l'abreuvoir automatique avant de retourner à son foin. Quelle considération stupéfiante pensais-je alors que je me remettais à son pansage et nettoyais ses deux autres membres. Je rangeais ensuite ma brosse dans mon sac et attrapais alors mon cure pieds. Je demandais son antérieur droit qu'elle me donna et le curais, appliquée. Puis je nettoyais son deuxième antérieur et enfin ses postérieurs. La sole me semblait quelque peu sèche bien qu'ils furent en bon état. Je décidais alors d'aller acheter un petit pot de graisse après notre séance afin de lui en passer la prochaine fois, les jours allant en se réchauffant et l'humidité disparaissant, cet achat me serait de toute manière utile prochainement. Je troquais ensuite mon cure pieds pour une brosse à crins que je passais doucement dans sa crinière dans un premier temps puis dans sa queue. La jolie anglo arabe n'avait pas des crins très fournis, ce qui les rendait relativement simples à entretenir. Je rangeais ensuite la brosse dans mon sac à dos et en extirpais des bandes de polo couleur chocolat, la seule couleur que je possédais en dehors des beiges qui, elles, étaient encore entrain de sécher sur le fil à linge de ma salle de bain. Je les enroulais autour des jambes de Shiny puis attrapais son tapis que je posais sur son dos puis sa selle. Je dégarotais bien le tout puis attachais la sangle. Je lui passais ensuite le bridon qu'elle prit sans rechigner, avec douceur. J'attachais la sous gorge et la muserolle sans les serrer et contemplais la jument. Il ne restait plus qu'à monter et faire cette fameuse séance de dressage ! Je détachais la longe tendue et prenais alors les rênes en main avant d'attraper ma bombe dans mon sac à dos au passage que je vissais sur ma tête en quittant l'écurie.


De retour du manège, nous trottinions toutes deux, essayant tant bien que mal de passer entre les gouttes qui nous tombaient sur la tête, sans succès. Une fois à l'abrit dans l'écurie, je soufflais, suivie de près par la jument qui visiblement allait apprécier de rester au box pour cette nuit. Je la rentrais alors et rattachais la longe entre les montants de la porte. Elle vînt s'appuyer dessus, le toupet trempé, tirant la langue par moments, les yeux encore pétillants de vie et d'entrain. Je rangeais rapidement ma bombe et lui ôtais son filet dont la douce avait l'air plutôt satisfaite de se débarasser. Elle machouilla dans le vide et bailla pour détendre sa machoire puis retourna manger du foin.
J'en profitais pour lui enlever la selle et le tapis sous lesquels elle n'avait pas transpiré, une légère chaleur se dégageait de son corps mais on sentait bien ici la jument de sport en pleine forme, profitant de son bel âge pour montrer ce dont elle était capable. Je brossais un peu le dessous du tapis où quelques poils clairs s'étaient égarés puis le posais devant le box avec la selle. J'enlevais ensuite les bandes de polo que je fourrais dans mon sac en attendant de les laver ce soir.
J'attrapais ensuite une pomme dans la poche avant de mon sac et prenais un croc dedans avant de la présenter à la jument.


" Tiens ma belle, c'est plein de vitamine pour les sportives comme toi. "

Elle la hâpa gouluement, visiblement ravie de croquer dans le fruit tellement juteux qu'il moussait presque. Je vérifiais ses sabots rapidement ainsi que sa ferrure qui était encore en parfait état. Je flattais ensuite son encolure et récupérais la longe tendue avant de refermer le box. Je rangeais la longe dans mon sac que remettais sur mon dos. Je prenais ensuite les affaires de la jument et partais à la recherche d'un point d'eau pour rincer son mors avant de les ranger dans la sellerie.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Date d'inscription : 10/04/2017
Age : 18
Emploi : Cavalier professionnel
MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Mar 25 Avr - 21:37

Vous êtes trop choux toutes les deux !

→ +5 moral
→ +5 confiance
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://napoli.forumactif.com

Date d'inscription : 21/04/2017
Age : 17
Emploi : Vétérinaire
MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani) Sam 13 Mai - 22:05



C'est pas si mal


Enthousiaste et emplie d’une énergie et d’une force surhumaine, je me dirigeais vers l’écurie Galilée où se trouvait ma demi-pension Shiny. Cette belle m’inspirait, elle était si douce et si intelligente, elle me fascinait. En marchant énergiquement, je me demandais de quelle couleur allais-je bien pouvoir la retrouver après de très probables roulades dans son box.

Mon interrogation ne dura pas, arrivant rapidement devant son box et constatant avec bonheur une robe éclatante de brillance ou du moins seulement recouverte d’un peu de poussière. Je posais mon sac à dos devant son box et en sortais la longe que j’installais à l’entrée, tendue, comme à mon habitude. Je vins alors saluer la belle jument grise qui renifla attentivement mes vêtements au cas où j’aurai pu avoir quelque chose d’intéressant à grignoter, sans succès. Il était vrai que depuis mon arrivée ici, je n’avais fait aucune séance de shopping pour mon amie à quatre sabots ni même pour moi d’ailleurs. J’avais entendu dire que deux selleries se trouvaient au centre commercial mais je n’étais pas certaine d’y trouver des friandises, je devais donc aller vérifier ou bien en commander par internet, ce que je faisais le plus souvent et qui résoudrait certainement ce nouveau problème. Je houssais les épaules et prenais la tête de la jument dans mes bras, une main sur chaque joue.

C’est à ce moment précis que je la sentis… La crasse ! En posant ma main droite sur la joue de la jument j’y sentis immédiatement une croute, certainement l’œuvre de la jolie anglo arabe qui avait dût passer la nuit allongée de tout son long avec la joue dans le crottin. Je poussais doucement sa tête vers sa droite afin de constater les dégâts sur sa belle robe de perle. En effet, sa joue et une partie de son encolure ainsi que sa fesse gauche étaient d’une teinte assez laide, à mi-chemin entre le jaune et le marron. Je soufflais, mais pourquoi une jument grise ? Certainement parce qu’elle me ressemblait, amicale, amusante et pleine de bonne volonté avec un certain penchant pour les bains de boue…
Je lui fis quelques gratouilles derrière l’oreille gauche puis ressorti du box pour prendre mon étrille dans mon sac à dos. La jument vint alors s’appuyer sur la longe, curieuse, et profitant de ma passagère inattention pour ébouriffer mon chignon déjà désordonné du bout de son nez agile. Je me relevais alors, souriante et la brosse à la main.


" Tu me trouvais trop bien coiffée à ton goût c’est bien ça  "



Elle me regardait d’air air satisfait, voyant qu’elle avait réussi à dégager quelques mèches rousses mais ne me répondit pas pour autant. C’est alors tout sourire que je retournais auprès d’elle pour frotter énergiquement les croutes de saleté avec mon étrille en caoutchouc. Elle étira son encolure, ouvrant la bouche et clignant des yeux, appréciant visiblement l’attention et surtout le massage. Les traces sur l’encolure devinrent globalement moins visibles mais celle sur la joue me donnait bien du fil à retordre du fait que je ne puisse pas trop frotter de peur de lui faire mal. Je frottais ensuite la tache sur sa fesse qui elle devint vite quasiment invisible.
Cependant, une chaleur écrasante régnait en maître et bientôt, à force d’efforts, je transpirais à grosses gouttes. Une douche et un shampooing seraient certainement les bienvenus au retour de notre séance du jour, de ce fait, je finis de m’acharner contre ces quelques taches qui demeuraient un peu jaunes.

Je troquais alors mon étrille pour un bouchon que je passais premièrement sur son côté droit, seulement poussiéreux. Je le passais ensuite rapidement sur sa crinière fine et mi longue puis dans sa queue aux crins clairs. J’ôtais les quelques crins qui restaient coincés entre les poils durs de la brosse et la passais avec beaucoup d’attention sur ses immenses jambes fines et musclées. Je m’attelais ensuite à le passer sur l’autre côté, insistant encore un peu sur les taches jaunâtres qui n’étaient désormais plus que des ombres d’elles-mêmes, quasiment invisibles, pour mon plus grand plaisir de groom amateur. Je rangeais alors le bouchon et me saisissais de mon cure pieds pour décrotter les pieds de ma belle. Je dus frotter énergiquement la sole de chaque sabot, un copieux amas de crottin et de paille s’y étant collé. Quand j’eu finit de nettoyer les pieds de Shiny, je rangeais le cure pieds dans mon sac à dos et soufflais, quelques peu éprouvée par la tâche.

Je prenais alors le chemin de la sellerie et y récupérais son matériel. J’avais pris la liberté de prendre mes propres protections, ce qui allait visiblement m’être utile puisque je n’en trouvai d’aucune sorte parmi les affaires de la jument. Je revenais alors à son box et posais le matériel devant le box. Je ne prenais que le filet que je passais alors à Shiny. Elle se laissait faire, s’amusant cependant à lever gentiment la tête, histoire de faire une petite blague au petit bipède que j’étais. Elle fût ensuite trop occupée à mâchouiller son mors pour faire attention à moi lorsque je plaçais le tapis et la selle sur son dos puis sanglais le tout. J’observais alors cet étrange manège qui me donnait l’impression que l’embouchure ne lui convenait peut-être pas si bien. J’avais effectivement remarqué lors de notre séance de dressage que sa bouche était assez dure mais j’avais principalement mit cela sur le compte de mon inexpérience avec elle et du temps d’adaptation nécessaire afin de trouver le parfait équilibre et le parfait dosage de main avec chaque cheval. Des éléments de réponse me viendraient certainement durant cette première séance à l’obstacle, du moins je l’espérais. Je mis alors mes guêtres de protection sur les antérieurs de Shiny, quelques peu perplexe. C’était de vieilles protections que j’avais depuis toujours, fermées et noires, solides certes mais qui commençaient sérieusement à fatiguer après plus d’une décennie d’utilisation intensive. J’avais légué mes affaires de compétition à ma mère en repartant en Italie, elle voulait s’acheter un gentil cheval alors je lui avais laissé mes affaires, n’emportant que le stricte minimum. Cela allait encore être l’objet d’une commande qui arriverait des jours et des jours en retard…
Je vissais alors ma bombe sur ma tête, sortant de mes pensées et détachais la longe de l’entrée du box. Shiny en sortit seule en marchant et je dus faire quelques pas pressés pour la rattraper afin que l’on aille toutes deux dans la carrière.



Accompagnées par une légère brise, Shiny et moi rentrions de la carrière vidées de notre énergie. Cette séance n'avait certes aucun grand intérêt sportif en elle même mais cela m'avait permit de découvrir un nouvel aspect de cette jument si talentueuse. Tête basse, elle marchait à mes côtés lorsque nous retournions au box, légèrement transpirante. Je replaçais la longe tendue entre les montants du box et me hâtais de la débarrasser de son matériel, la laissant au fond de son box pour boire et se restaurer de cette bonne séance. Je me pressais pour ranger son matériel à la sellerie après avoir brossé les poils blancs du tapis et l'avoir bien secoué. Je rangeais soigneusement ses affaires, laissant le tapis retourné afin que les quelques dépôts de sueur puissent s'évacuer d'eux mêmes.

En revenant au box, j'enlevais enfin ma bombe de la tête, mes longs cheveux roux en bataille, collant en partie à mon crâne. Peut-être qu'il me serait bien plus agréable de travailler Shiny plus tôt dans la matinée ou tard dans la soirée, évitant ainsi les fortes chaleurs qui commençaient déjà à s'abattre sur Naples, écrasantes, vidant le moindre petit être vivant de son énergie. Je la rangeais dans sa housse puis dans mon sac à dos et attrapais la grosse éponge que j'avais emmené. Malheureusement pour aujourd'hui, Je ne disposais pas de shampooing pour ma belle. Bien entendu, il me restait toujours la vieille et très efficace astuce du produit vaisselle biologique mais ayant un emploi stable de vétérinaire et venant d'une famille fortunée, je pouvais bien mettre une trentaine d'euros dans un petit bidon de shampooing qui soit spécialement étudié pour les chevaux blancs sans risquer la faillite. Encore une commande qu'il allait falloir que je fasse, je pensais alors à faire une liste, cela m'éviterait d'oublier quoi que ce soit.

En attendant d'avoir un papier et un crayon pour dresser la dite liste, je prenais un licol et entrais dans le box pour le passer à la belle jument grise qui ne manqua pas de venir essuyer son nez ayant trempé dans l'abreuvoir sur mes vêtements. Je riais doucement, après tout, ce rafraichissement était loin d'être désagréable et je lui gratouillais amicalement l'encolure alors qu'elle frottait sa grosse tête contre mon bras, me faisant vaciller.


" Oui, oui on y va ma grande aller viens par ici on va te rafraichir "

Je prenais la longe tendue et la branchais au licol avant que Shiny ne me presse de sortir de son box, déjà impatiente d'en ressortir. Nous nous dirigions alors vers l'écurie de Vinci, celle des poneys étant donné que celle des chevaux n'ai malheureusement pas de douche. Le chemin fut cependant court, la jument se hâtant vers la douche comme si elle ne pouvait plus attendre une seule seconde. Arrivées à l'aire de douche, j'attachais la belle à un anneau par pure sécurité, la trouvant d'humeur assez fugitive en cette belle après midi ensoleillée. Et toujours ma grosse éponge à la main, j'ouvrais le robinet et saisissais le tuyau. Un filet d'eau puis un jet d'eau fraîche en sortit. Je commençais alors par approcher le jet des antérieurs de Shiny, les éclaboussant quelques peu, puis ne voyant aucune réaction je remontais le long de ses membres. La belle frissonna un instant mais sembla ravie de trouver enfin une telle fraîcheur. Je passais alors le jet sur tout son corps et un fois la jument ruisselante, je frottais les fameuses tâches jaunes de son côté gauche avec l'éponge. Bien que je n'eu aucun produit je réussit à les faire partir assez rapidement. J'essorais ensuite l'éponge et la lui tapotais gentiment sur le contour des yeux puis sur ses naseaux pour les nettoyer également.

N'ayant pas de couteau de chaleur, je décidais alors d'emmener la jument dehors afin qu'elle sèche un peu au soleil. Le soleil agressait mes yeux tandis que quelques touffes d'herbe encore verte et ombragées n'appellent Shiny. Elle les regardait avec une telle envie que je décidais de la mener jusqu'au lieu de sa convoitise. Je profitais que la jolie grise soit occupée à son festin pour m'asseoir en tailleur dans l'herbe et méditer. La lumière du soleil reflétait la beauté du lieu alors qu'une légère brise rendait l'intensité de la chaleur plus supportable, emportant avec elle le chant des oiseaux qui parvenait doux et mélodieux jusqu'à mes oreilles. Nous restâmes bien là une vingtaine de minutes, Shiny profitant d'un bain de soleil et de l'herbe grasse et moi réfléchissant à la beauté de la nature et de la vie, au miraculeux spectacle que ces deux avaient à nous offrir quotidiennement, nous laissant ainsi émerveillés et ébahis, éblouis et stupéfaits.
Je décidais alors de rentrer ma belle anglo arabe dans son box, la chaleur me semblant trop intense pour la mettre dans un pré. Je la remettais alors dans son box, lui faisais quelques gratouilles et bisous, ravie d'avoir fait sa connaissance et de partager une telle aventure avec elle, cette si merveilleuse et palpitante aventure qu'était la vie.

Je refermais alors le box et remettais la longe et l'éponge encore humide dans mon sac, me promettant de la mettre à sécher sur le rebord de ma fenêtre dès mon retour à l'internat. Puis, mettant négligemment mon sac à dos sur une épaule, je sortais de l'écurie.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani)

Revenir en haut Aller en bas

Anglo Arabe - J ; Shiny (Tizzani)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Napoli Sognate :: Dans l'académie :: Les écuries :: Écurie Galilée-